• Accueil
  • > Une heure, Mlle E. HOUARD

24 janvier, 2016

Une heure, Mlle E. HOUARD

Classé dans : — unpeudetao @ 12:52

J’entends au loin frémir la mer triste et voilée ;

Et sa plainte profonde, à ma plainte mêlée,

A son funèbre écho dans les pins fléchissants

Qui sous les vents d’hiver se tordent, gémissants.

Au ciel semble flotter une ombre vague et noire

Et l’on entend là-bas les cris du champ de foire,

Les sons tristes et lourds de la cloche des morts

Tombant sur la cité comme un vivant remords.

 

Mes vingt ans sont passés comme passe cette heure.

 

Je voudrais écouter toute cloche qui pleure ! Dans le bruit discordant du monde qui jouit, Cet appel de l’airain, morne, s’évanouit !

 

Mlle E. HOUARD (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose