16 février, 2015

Vampire, Victor SEGALEN

Classé dans : — unpeudetao @ 13:12

Ami, ami, j’ai couché ton corps dans un cercueil au beau vernis rouge qui m’a coûté beaucoup d’argent ; J’ai conduit ton âme, par son nom familier, sur la tablette que voici que j’entoure de mes soins ; Mais plus ne dois m’occuper de ta personne : « Traiter ce qui vit comme mort, quelle faute d’humanité ! Traiter ce qui est mort comme vivant, quelle absence de discrétion ! Quel risque de former un être équivoque ! » * Ami, ami, malgré les principes, je ne puis te délaisser. Je formerai donc un être équivoque : ni génie, ni mort ni vivant. Entends moi : S’il te plaît de sucer encore la vie au goût sucré, aux âcres épices ; S’il te plaît de battre des paupières, d’aspirer dans ta poitrine et de frissonner sous ta peau, entends moi : Deviens mon Vampire, ami, et chaque nuit, sans trouble et sans hâte, gonfle toi de la chaude boisson de mon cœur.

 

Victor SEGALEN (1878-1919).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose