• Accueil
  • > Vendanges, André DELACOUR

17 septembre, 2014

Vendanges, André DELACOUR

Classé dans : — unpeudetao @ 6:21

Midi ! Le soleil frappe en implacable archer Le coteau dont la terre est partout craquelée. Les figuiers bordent d’ombre étroite la vallée Où tous les vendangeurs sont venus la chercher.

 

L’atmosphère grésille au-dessus de leurs groupes Que la guêpe et l’abeille agacent dans leur vol ; Les vêtements terreux ont la couleur du sol Qui semble bosselé de ventres et de croupes.

 

Seul éveillé, d’un pas lourd et mal assoupli, Le maître vigneron inspecte encor sa vigne Et – contre la clôture où leur file s’aligne – Ses chariots trapus que le raisin emplit.

 

Sous la chaleur qui la dilate et l’exaspère, Il en monte une odeur qui vous porte au cerveau ; On dirait la nature ivre de vin nouveau Et son effluve épars dans l’ardente atmosphère.

 

L’ivresse qu’il exhale a gagné l’horizon ; L’espace la respire et l’azur en frissonne ; Et, le long de la route où n’apparaît personne, Bouleaux et peupliers vacillent sans raison.

 

Le sein d’un vendangeur que l’effluve traverse, Parfois d’un long soupir se soulève à demi ; Et, comme Zeus jadis, sur un flanc endormi Le soleil fait tomber sa lumineuse averse.

 

Gisante sur le sol, la chair en son sommeil Reconnaît le limon dont elle fut formée, Et se sait, – quoique Dieu l’ait d’un souffle animée, – Captive de la glèbe et mûrie au soleil.

 

Filles et gars, prostrés dans la poussière jaune, Plus moelleuse à leurs corps que l’herbe du chemin, Sentent, en tressaillant, sur la lèvre ou la main, Les cheveux de la Nymphe et l’haleine du Faune.

 

Chaque odeur est humaine et chaque bruit vivant ; Midi lâche du ciel ses voluptés farouches ; Surgis de chaque cep, des mufles et des bouches En quête de baisers maraudent dans le vent.

 

Le ciel s’approfondit, l’air prend des teintes d’ambre ; On dirait du soleil qui se transforme en vin ; Et la nature et l’homme atteignent au divin Dans la splendeur d’un jour de vendange, en septembre..

 

André DELACOUR (1883-????).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose