15 janvier, 2012

Le Loup et le Mouton, Marie de France

Classé dans : — unpeudetao @ 0:16

 

Jadis advint qu’un Loup promit :
« Plus de viande pour moi, fini,
Des quarante jours de carême. »
Décision prise de lui-même…
Mais, croisant au bois un Mouton,
Gros et gras, tondu, sans toison,
Tout soudain, il se demanda :
« Quoi ? Qu’est-ce donc que je vois là ?
Mais c’est un Mouton, m’est avis !
Ah ! Si je n’avais pas promis
De ne plus toucher à la viande,
Je goûterais sa chair friande.
Je le vois bien, c’était folie :
Il est seul, là, sans compagnie.
Si je le laisse, tôt ou tard,
Quelqu’un viendra de quelque part
Et saura très bien l’emporter
Sans rien me laisser de côté.
Qui me dit que c’est un Mouton ?
Je peux le manger en saumon.
Le Saumon est plus fin de chair ;
Du reste, il est vendu plus cher. »

 

Ainsi de l’Homme au coeur rapace :
Jamais il ne peut, quoi qu’il fasse,
Dominer sa voracité
Et jamais n’y peut résister
Homme ou femme de son espèce,
Malgré ses voeux ou ses promesses.

 

Marie de France (XII siècle).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose